@ CHARLIE

Triste et colère, je suis blessé sans être à terre. J'adresse un arobase affectueux à mes camarades de Charlie qui m'ont éclairé de "faut pas mollir" depuis que je suis un jeune boutonneux. J'adresse un arobase tendre à ceux qui ont morflé dans ce triste foutoir. Je suis Hututsie, Grolandais, athée, chômeur, musulmandingue et plein d'autres adjectifs mouvants comme la mer, mais je ne souhaite plus être complice de ceux qui creusent et buldozent le fleuve inégalitaire et recourent à la violence programmée pour asseoir leur pouvoir et leurs morpions. Aussi, je suis ravi de noter que les mandataires publics d'Europe, qui semblent avoir de la suite dans les idées, sont soucieux de liberté et d'égalité, qu'ils vont procéder à des investissements massifs dans la culture, dans les logements et dans les soins de santé, dans les quartiers afin que chaque citoyen, d'où qu'il vienne, trouve sa place et s'épanouisse. Tout cela semble être leurs voeux les plus chers si bien que cela risque de se produire sous peu cependant que joviaux, nous pourrons voir grandir la lutte contre la criminalité financière, contre les multinationales de l'engraissement alimentaire et les fabricants d'armes, nous pourrons applaudir la disparition des guerres et le foisonnement de déclarations d'indépendance douce, la fin des déportations de populations. Exit la peste, le choléra, la faim. Il ne restera plus que de vrais bons conflits humains relatifs à la mauvaise humeur passagère, à l'adultère, à des batailles vaines de goût et à des tensions de valeurs éphémères mais qui nous promettront de bonnes tranches de poilade et de mélancolie... Il faut bien rire un peu. Oui citoyen, ceci est une petite incise caricaturale, démago et ironique pour nous rappeler que nous sommes complices d'avoir déserté l'espace public et qu'il reste long le chemin d'une humanité qui porte son nom.

 

Informations supplémentaires